Final Fantasy VII et combat écologique

Le 10 avril 2020 sort le remake d’un jeu iconique de la culture vidéoludique édité par Square Enix : Final Fantasy VII (FFVII). Son histoire prend place dans un monde mêlant science-fiction et magie et où la lutte pour la sauvegarde de la planète devient un enjeu crucial. Il y a 20 ans, à sa sortie originale, le jeu abordait déjà cette thématique et la vision du combat écologique véhiculé par FVII est toujours d’actualité.

L’histoire commence dans la ville de Midgar, dominée par une firme impitoyable : la Shinra. Ce groupe industriel développe des technologies militaires avancées en puisant dans les ressources de la planète. Afin de s’y opposer, un groupe d’éco-terroristes, nommé AVALANCHE, décide de faire exploser des réacteurs de la Shinra. Violente et sans concession, l’explosion d’un réacteur engendre la destruction d’une partie de Midgar.

Des mouvements écologistes considérés comme terroristes existent aujourd’hui. Le Front de libération de la Terre, par exemple, est classifié d’éco-terroriste par le FBI. Fondé en 1992 au Royaume Unis, ce groupe est contemporain du jeu vidéo original. À son premier niveau de lecture, FFVII semble donc encourager ce type d’actions poignantes, en confrontant les rebelles face aux industriels.

Une vision plus nuancée du combat écologique se met cependant en place dans la suite du jeu. Lors de ses expériences pour former des soldats plus performants, la Shinra donne naissance à l’antagoniste principal du jeu qui menace toute la planète : Sephiroth. Le combat d’AVALANCHE se détourne alors pour partir à sa poursuite.

À partir de ce moment, la violence se retrouve insuffisante et l’aventure continue dans une lutte collective où chaque personnage doit faire face à ses faiblesses et se montrer persévérant. « Tu dois comprendre qu’il n’y a aucun moyen de sauter de ce train en marche », explique l’un des protagonistes, Barret, au personnage principal Cloud.

Le jeu aborde avant tout une vision spirituelle du rapport de l’homme avec la nature, à l’instar d’autres œuvres japonaises de cette époque, tel que le film Princesse Mononoke de Myasaki. Dans ce contexte, la science a pour but de connaître l’environnement pour le respecter, et non pour l’exploiter. C’est l’inconscience dans l’utilisation des technologies qui mène l’humanité à sa perte dans ces œuvres. En fin de compte, FFVII n’encourage pas l’action violente et irréfléchie mais l’humanité et la compréhension de la part des citoyens et des scientifiques.

Clara Barrau

Image : https://it.wikipedia.org/w/index.php?curid=7626156


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search