Vigie-Ciel : rendre accessible l’inaccessible ?

Mettre à disposition la puissance de calcul de son ordinateur, trier des images de galaxies ou observer sur le terrain, les possibilités de se mettre dans la peau d’un astronome ne manquent pas. Via des projets participatifs, tout le monde peut appréhender l’astronomie et faire avancer la recherche, à sa façon.

La majorité des projets d’astronomie participative se résument à l’observation et le tri d’images issues de télescopes, satellites et autres technologies de pointe. Autrefois réservées aux chercheurs, ces images en trop grande quantité, sont rendues accessible à tous afin qu’une communauté se mette à les trier. Les participants volontaires les plus engagés sont aujourd’hui cités dans des articles scientifiques qui utilisent les données issues des programmes en question, à l’image de Zooniverse « la plus large et la plus populaire plateforme de science participative du monde » selon la description présente sur le site internet. A Strasbourg, le projet Aladin offre un atlas du ciel interactif, proposé par le Centre de Données astronomiques de Strasbourg.

Cependant, cet aspect de la science participative ne semble pas correspondre à la définition proposée par l’Association Française d’Astronomie, qui définit l’astronomie participative comme « ce qui apporte un rapport plus intime avec les scientifiques et permet de développer une appropriation de méthodes et de raisonnements scientifiques, augmentant leurs connaissances et leurs compétences. »

Apprendre à trouver des météorites

Additionné à l’observation et au traitement d’image sur ordinateur, ce projet français propose de « traquer les météores jour et nuit, pour repérer les plus gros bolides » précise le flyer du programme, qui s’appuie sur le réseau FRIPON, constitué en 2018 de plus de 100 caméras. Issu du programme d’investissement d’avenir « 65 millions d’observateurs », ce projet est porté par le Muséum national d’histoire naturel. Les études à partir de ces météorites sont variées: conditions de formation au début du système solaire, origine de la vie, des planètes et de l’eau sur Terre.

En plus d’observer le ciel, ce programme organise des formations à la reconnaissance et la récolte de météorites sur le terrain. Les citoyens formés et les plus proche de la chute d’un bolide pourraient ainsi être mobilisé sous 72h. Cette « traque » de météore est une volonté des chercheurs. Pour Barbara Gollain, chargé des collections muséales universitaires à l’Université de Strasbourg et coordinatrice du projet Vigie-Ciel Grand Est, « on trouve 10 fois moins de bolides qu’au 18ème siècle sur le territoire français, les chercheurs sont donc obligés d’en acheter à l’étranger pour avoir de quoi étudier. Les prix sont parfois très élevés ». Trouver des météorites par des volontaires bénévoles permettrait donc de faire avancer la recherche française à moindre coût. Vigie-Ciel partage des clés de détermination permettant d’identifier ces bolides. Le projet, dont le site web est encore en cours de construction, présente une nouvelle approche intéressante dans la vulgarisation de l’astronomie, qui devient plus concrète et engageante.

Conflits entre législation, intérêt humain et surconfiance des amateurs

Ce projet, soutenu par le CNRS, l’Université Paris-Saclay et Universcience, a beau avoir de belles ambitions, il se heurte à de nombreux problèmes, dont certains semblent récurrents au sein de projets participatifs. Dans le cas de Vigie-Ciel, l’intérêt est porté sur la récolte de météorites. Ces éléments géologiques n’existent cependant pas dans la législation française. « La législation n’est pas claire du tout à ce sujet, l’objet “météorite” n’existe pas ce qui rend difficile sa préservation », précise Barbara Gollain, lors d’un entretien. En effet, dans une telle situation, le découvreur et le propriétaire du terrain, où a été trouvé le bolide, deviennent directement propriétaires de la découverte. Le météore peut donc être vendu au lieu d’être remis aux chercheurs partenaire de Vigie-Ciel.

Au delà de l’intérêt personnel de certains, une autre législation rend difficile la mise en place des actions acquises lors des formations. Avant de pouvoir effectuer des battues (méthode phare de la recherche de terrain), la réglementation oblige à demander les cadastres des lieux, l’accord du préfet, du maire et des différents propriétaires des terrains qui seront traversés. Autant d’éléments qui tendent à freiner la découverte de nouveaux bolides.

Enfin, pour Elise Tancoigne et Jérôme Baudry, auteur de l’article « La tête dans les étoiles ?. Faire sens de l’engagement dans le projet de science participative Seti@home », parue dans la revue Réseaux cette année, « l’un des objectifs des sciences participatives est d’annuler la séparation entre citoyen et expert, amateur et professionnel, vers le déploiement d’un nouveau mode de production scientifique, plus horizontal et décentralisé ». Ce modèle montre ici ses limites. Si pour Barbara Gollain, l’astronomie participative permet d’avoir une première compréhension d’une science naturaliste, il apparaît un biais chez certaines personnes formées qui considèrent maîtriser l’entièreté du sujet grâce à leur formation. Il apparaît comme un effet de surconfiance, semblable à l’effet Dunning-Kruger, où les personnes les moins qualifiés dans un domaine tendent à surestimer leur compétences. Quit ici à remettre en question les avis des chercheurs lors d’identification de nouveaux matériels. « On donne les clés de détermination. Le piège serait de croire que l’oeil se suffit à lui même, en ne prenant pas en compte tout le savoir des chercheurs », termine Madame Gollain.

Renaud Zappadu

Image : Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search