L’Open Access : Porte ouverte pour les fraudes scientifiques ?

Avec l’essor des publications scientifiques en libre accès (Open access), synthèse sur l’implication du libre accès dans le développement et la lutte contre la fraude scientifique.

Le 11 décembre 2019, la revue Nature publiait un article qui définissait les revues prédatrices comme étant “Des entités qui privilégient l’intérêt personnel au détriment de la recherche et qui se caractérisent par des informations fausses ou trompeuses”. Mais comment se développent-elles ? 

Traditionnellement, les chercheurs publient leurs articles scientifiques chez des éditeurs qui réalisent une expertise scientifique avec d’autres chercheurs, proches du domaine des auteurs. Pour lire ces ouvrages, le lecteur doit s’acquitter de frais. L’Open access consiste à rendre ces consultations gratuites de deux manières différentes : la voie verte et la voie or. La voie verte se base sur le même principe que la voie traditionnelle, à la différence près que passée la période d’embargo de 6 à 12 mois, l’article est déposé dans une archive ouverte. Le concept de la voie or repose sur l’acquittement des frais d’édition par le chercheur ou l’institution avant la publication plutôt que par le lecteur. Au cours des dernières années, des éditeurs prédateurs se propagent dans le monde scientifique en faisant payer les auteurs sans offrir aucune expertise. Pire, les cybercriminels créent de faux profils d’éminents scientifiques et volent les noms de vrais chercheurs afin d’avoir l’air légitimes. Les auteurs soumettent leurs articles sans forcément vérifier la réputation de la revue. Cela nuit à l’Open access et compromet la qualité et l’intégrité de la science. 

Les chercheurs devraient choisir judicieusement avant de publier et toujours privilégier des revues en libre accès dont la réputation est établie et dont les comités de rédaction sont respectés. Mais malgré ces quelques recommandations, « la grande majorité des universités ont choisi d’ignorer le problème et n’ont pratiquement rien fait », s’insurge Philip Darbyshire, chercheur et consultant en soins de santé. Bien que les Universités aient mis en place des politiques concernant la fraude scolaire et le plagiat et interdisent l’achat et la vente de faux diplômes, aucune action ne semble suivre le personnel ou les étudiants qui publient avec des revues frauduleuses.

La publication d’article dans ces revues douteuses peut aussi cacher une mauvaise conduite en recherche, voire la fabrication et la falsification de résultats par les chercheurs, qui n’ont aucune chance de publier dans une revue prestigieuse et qui souhaitent enrichir leur CV. Au-delà des fraudes commises par les chercheurs dans les revues prédatrices, les revues prestigieuses sont aussi concernées par ce phénomène. Il existe une corrélation entre le nombre d’articles rétractés dans une revue et le prestige de celle-ci. Plus les chercheurs subissent une forte pression pour publier dans des revues prestigieuses, plus ils sont susceptibles de manipuler leurs données pour obtenir des résultats spectaculaires. 

Pour identifier les fraudeurs, des sites web ont été créés par des scientifiques, tels que PubPeer, qui permet aux scientifiques de discuter et d’examiner des articles déjà publiés qui posent problème, comme une forme d’examen par les pairs (peer reviewing) après leur publication. Et c’est ici que se trouve tout l’intérêt de l’Open access dans la lutte contre les fraudes scientifiques. Lorsqu’un article est publié en libre accès, les données associées à l’article sont elles aussi publiées, ce qui permet de vérifier l’exactitude des données plus facilement. L’Open access réduit ainsi les possibilités de mauvaise conduite scientifique, comme la fabrication et la falsification des données. 

On pourrait croire que l’Open access rime avec plagiat, puisque toutes les données restent accessibles en ligne. Cependant, le libre accès comporte de nombreux avantages concernant la propriété intellectuelle. Les logiciels antiplagiat détectent plus facilement le plagiat de publications en libre accès et les chercheurs conservent leurs droits moraux, mais également patrimoniaux, contrairement aux éditions commerciales payantes. Concernant les archives ouvertes, l’horodatage permet de prouver l’antériorité scientifique des résultats.

Bien que l’Open access ouvre la voie des revues prédatrices, son développement permet de lutter contre d’autres types de fraudes scientifiques, qui altèrent la confiance de la société dans la recherche scientifique et propagent de fausses sciences.

Charlotte Herbaut

Image : Pixabay


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search