Tokyo 2020 : Les JO de la reconstruction ?

Le 24 juillet prochain sera inaugurée la nouvelle édition des Jeux Olympiques à Tokyo. 9 ans après la catastrophe de Fukushima, quels sont les moyens de médiation mis en place par l’état japonais vis-à-vis des risques nucléaires ?

Dans quelques mois la flamme olympique embrasera la vasque du stade de Tokyo et ce sera le début des 32eme olympiades de l’ère moderne. La flamme suivra un parcours particulier pour lui permettre de traverser les 47 préfectures du Japon et diffuser « des messages de soutien, d’inclusion et de fraternité qui viseront à rassembler la population japonaise » selon le site officiel des JO. Le gouvernement Japonais souhaite même que Tokyo 2020 soit « les JO de la reconstruction ». Hirono, la ville départ du relais, incarne à elle seule le message, ayant subi le tremblement de terre, le tsunami et la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011.

Cécile Asanuma-Brice, chercheuse en sociologie urbaine au CNRS, a étudié les mouvements de populations provoqués par la catastrophe et les politiques d’urbanisation japonaises qui ont suivi à Fukushima. Son travail montre que la communication organisée jusqu’ici a eu pour principal but de préserver la confiance de la population et de l’opinion internationale sur la capacité du gouvernement japonais à gérer cette situation. « Nous sommes face à un gouvernement qui doit gérer un accident nucléaire dans une société qui a décidé, en amont, de poursuivre le nucléaire », nous explique le Dr Asanuma-Brice. Cette contrainte conduit les autorités à utiliser des outils de « production de l’ignorance », et unestratégie visant à entretenir les doutes.

Ville de Namie, Fukushima

La chercheuse donne comme exemple le mot Résilience utilisé comme thème principal dans la communication institutionnelle des risques liés à la radioactivité. Résilience, mot à double sens, qui définit la capacité d’un matériau à résister à un choc et la capacité d’un individu à supporter psychiquement une épreuve. Dans les deux cas, physique et psychique, la résilience exprime le retour à un état d’origine après un choc. Dans ce cas précis le retour à l’ordre après une catastrophe nucléaire, souhait ultime du gouvernement. « Il y a eu toute une période où à partir du moment où on mettait résilience dans le titre de son programme de recherche, on recevait des fonds », commente le Dr Asanuma-Brice, avant de poursuivre « Mais il s’agit de savoir qui décide de ce qui est résilient et par rapport à quoi ? »

Avec l’approche des JO, ces stratégies de communication se sont accélérées et les politiques ont suivi. La coupure des aides financières accordées aux évacués, ce qui contraint leur retour, coïncide avec l’événement sportif international, où le gouvernement pourra montrer au monde la santé recouvrée de la zone dévastée.

Se pose la question de savoir si ce même gouvernement n’a pas choisi, avec ces stratégies de communication, de présumer hâtivement la renaissance des lieux, au détriment d’une médiation sur les risques pour les populations et les futurs participants des jeux, si tant est que le risque radiologique permette qu’elle le soit. Auquel cas les JO reconstruiront peut-être seulement une image à défaut d’une région.

Jérôme Arnaud


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search